Posted on

Magazine Gaming, E-sport, jeux vidéo, Reviews, Trucs & Astuces


Pourquoi s’en priver : depuis qu’il a montré ses premières vidéos, ce nouveau jeu des Tortues Ninja nous captive avec ses couleurs démesurées et ses à quel point il était censé être fidèle à l’esthétique et à la mécanique des meilleures salles d’arcade Des personnages. De grands jeux comme le jeu d’arcade Konami de 1989 « Turtles in Time », « TMNT » sur Game Boy Advance et d’autres joyaux moins connus, comme « TMNT 3 : The Radical Rescue » sur Game Boy ou « TMNT : Hyperstone Heist » sur Mega Drive , parmi beaucoup d’autres.

Il y a au total une vingtaine de jeux assez différents (sans compter les multiples conversions, dans certains cas vers une bonne poignée de formats pour chaque titre), certains meilleurs, d’autres pires (presque jamais terribles), mais toujours synonymes d’action et de plaisir, aussi très populaire souvent avec des bosses multijoueurs à bord. Ce ‘Teenage Mutant Ninja Turtles : Shredder’s Revenge’ semble avoir pris bonne note de ce qui caractérise la franchise et l’a amélioré.

Sans se compliquer la vie conceptuellement (pas d’éléments RPG, quelques petites touches d’aventure dans le Story Mode, où il y a des parties qui peuvent très généreusement être considérées comme des « missions annexes »), ‘Shredder’s Revenge’ va droit au but. Et il le fait en étant extrêmement respectueux des graphismes attendus d’un jeu inspiré de la série animée des années 80et la refonte des personnages et des mécanismes de combat.

'Streets of Rage 4', critique : au-delà de la nostalgie, l'un des meilleurs beat'em-up jamais vu

Visuellement, ‘Shredder’s Revenge’ est un vrai délice. Sans atteindre l’agressivité ou le radicalisme des récents jalons du genre, tels que les magistrales « Streets of Rage 4 » ou « Battletoads » (de manière significative, également des reprises d’icônes du genre des années quatre-vingt), la refonte subtile des personnages, apportant la texture pixel dans style arrondi dessin animé transforme le jeu en une petite merveille esthétique.

Les décors brillent d’une manière particulière, pleins de détails, héritiers directs de tant d’autres bagarreurs récréatif et sans sections répétitives : elles évoluent et changent toutes au fur et à mesure que vous les parcourez. Une vraie joie qui trouve la cerise sur les animations fantastiques : chaque personnage a non seulement des vitesses, des puissances et des résistances différentes, mais possède également ses propres coups et techniques qui servent à donner de la personnalité aux quatre tortues, au rat Splinter et aux deux personnages. humains, April et Casey.

Cowabunga pour six

La société française Dotemu a co-développé et publié ‘Streets of Rage 4’, et est également l’éditeur de ce ‘Shredder’s Revenge’ développé par Tribute Games. Plus d’une fois, je me suis souvenu de cette suite extraordinaire lors du développement de cette aventure Ninja Turtles, qui peut être comprise comme une version accessible de celle-ci. En effet, ‘Shredder’s Revenge’ peut être joué juste en écrasant des boutons, puisque les contrôles sont très simples : il y a des boutons pour attaquer, sauter, esquiver et coup spécial. Et déjà.

Mais après quelques heures de jeu il est facile de se plonger dans la mécanique que propose Dotemu, et combinez combos et coups spéciaux à la recherche de scores spéciaux. Ceci est renforcé jusqu’à l’absurde dans les jeux multijoueurs, car comme on dit, chaque personnage est unique, et s’ils sont choisis judicieusement, par exemple la courte portée des armes d’un personnage peut être compensée par l’arsenal d’un autre, et la plus faible résistance de l’un avec la possibilité de faire des attaques de course dévastatrices sur un autre.

Les jeux vidéo de combat étaient bloqués au même point depuis des années.  Jusqu'à l'arrivée de 'Sifu'

« Shredder’s Revenge » ne propose que du fun, et il le fait avec une immense générosité : sans omettre personne, tant le titre est fun pour un connaisseur en les battre comme pour un nouveau venu dans le genre. Que personne ne se laisse tromper par ses graphismes débordants et l’apparente douceur de ses pixels : sa mécanique est aussi solide que la crosse de hockey de Casey Jones.



Source link