Magazine Gaming, E-sport, jeux vidéo, Reviews, Trucs & Astuces

[ad_1]

Je me demande à quel point un jeu comme « Stray » est attrayant pour quelqu’un qui ne s’intéresse pas aux chats, mais dans tous les cas, vous devrez trouver cette personne et lui demander pourquoi (en guise de clause de non-responsabilité) Je m’avoue passionnée par les félins, leur histoire fascinante, leur comportement magnétique, leur allure bouleversante et ses possibilités en tant que moteur narratif. ‘Stray’ m’a fait gagner dès la première bande-annonce, et peut-être que quelqu’un veut considérer que pour cette raison, mon opinion n’est pas entièrement valable, mais en tout cas quelqu’un qui n’adore pas les chats le dira, donc vous n’avez pas à le faire y prêter beaucoup d’attention non plus.

Blague à part, la vérité est que ‘Stray’ est un jeu indépendant vraiment mignon que vous pouvez essayer dès maintenant sur Steam, mais aussi sur Playstation en cadeau si vous êtes au plus haut niveau de la nouvelle PlayStation Plus. C’est un titre calme et contemplatif qui présentera peu ou pas de difficulté pour les joueurs endurcis et sera méprisé par plus d’un joueur chevronné car il ne présente aucun défi majeur et pratiquement aucune chance de rester bloqué. Ce qui compte ici, c’est autre chose.

Et cette autre chose est que ‘Stray’ offre la possibilité de contrôler un chat curieux dans les rues d’une future ville isolée, presque un bunker, où les humains ont été remplacés par des intelligences artificielles. Et une grande partie de l’effort de BlueTwelve Studio a consisté à créer un chat parfaitement réaliste non seulement dans ses mouvements, son agilité, la possibilité d’atteindre des zones apparemment inaccessibles ou de tomber de grandes hauteurs, mais dans les petits détails.

C’est-à-dire la possibilité de miauler de mille manières différentes, de s’installer dans n’importe quel endroit douillet pour somnoler un moment, faire ses ongles sur les portes, les canapés et les tapis. Ou ce vide hilarant, qui implique que les chats prennent n’importe quel inconvénient avec ce charisme passif qui nous rend fous les humains. Des détails dont on déduit des heures d’observation et de compréhension des félins et qui valent plus que tout étalage ostentatoire de moyens, car cela implique un souci du détail qui est là où se trouve l’armement lourd des jeux indépendants, et où l’Annapurna sait qu’il mène ceux qui gagnent

Don Gato et les humanoïdes

Avec ces ingrédients un jeu prend forme dont l’autre grand atout est la construction d’un monde d’une certaine profondeur quant à son traditions (où sont les humains, qui sont les envahisseurs, où sommes-nous exactement ?) et qu’il n’a jamais recours au plomb décharges d’informations pour s’immerger dans l’histoire. Des yeux de chat, des informations soigneusement choisies et un scénario chargé d’histoire entre les lignes elles suffisent amplement à nous lancer dans une narration infiniment plus sophistiquée dans sa simplicité que celle de bien des Triple A.

Pour tout le reste, un jeu accessible, avec des commandes très basiques, qui n’a besoin d’aucun type de HUB au-delà de quelques menus d’inventaire si simples qu’ils sont presque typiques d’un jeu mobile, mais qui éblouit comme les magnifiques mouvements de notre chat sur les toits de la ville. Challenge ne fournit que quelques émotions, une bonne histoire et une section graphique très soignée, en abondance.

Et au milieu, une surprise. Par exemple, des sections furtives occasionnelles ou une action très simple dans laquelle vous fuyez des avalanches d’ennemis. Aussi surprenante, dans la section initiale du jeu, est la découverte que les zones semi-ouvertes, qui peuvent être explorées en mode bac à sable et assister à une mission secondaire pour pimenter l’intrigue, sont plus larges, labyrinthiques et verticales qu’elles n’apparaissaient au premier abord. . Plus tard la sensation d’impact d’origine est perdue, mais les vibrations de la première heure de jeu sont très intéressantes.

Ce sont les 12 nouveautés que Sony a présentées dans son dernier State of Play

« Stray » est amusant pour quelques après-midi et ne vous empêchera pas de dormir la nuit avec des énigmes alambiquées et une mise en scène visuelle. Mais sa finesse graphique, l’ingéniosité et l’originalité de ses nombreux détails (le ronronnement du Dualsense, authentique baume pour l’âme) en font un incontournable pour les propriétaires de chats et, œil, aussi un incontournable pour ceux qui cherchent des alternatives au panorama ennuyeux. des blockbusters habituels. Ainsi sont les chats.

[ad_2]

Source link