Posted on

Magazine Gaming, E-sport, jeux vidéo, Reviews, Trucs & Astuces


Paul Nguyen joue aux jeux vidéo depuis l’âge de 6 ou 7 ans et il le faisait sur un écran noir et blanc. Il n’a pas cessé de le faire, mais ces derniers temps, il s’est trouvé une nouvelle passion : les simulateurs de course (course de simulation). Il a dépensé environ 10 000 dollars pour sonet il prévoit toujours d’y ajouter quelques améliorations.

Jose Antonio Segura, qui vit à Barcelone, n’a pas dépensé tant que ça -son investissement est d’environ 3 000 euros-, mais est devenu un autre passionné de ce segment. Il a commencé avec F1 2020, et s’est vite rendu compte que c’était cool. Beaucoup.

Un passe-temps engageant

Comme dans d’autres domaines tels que les audiophiles, le ciel est la limite et un peut dépenser des sommes faramineuses pour profiter pleinement de ce passe-temps. Nous avons parlé avec Paul et Jose Antonio de cette discipline et ils nous ont clairement dit : vous savez quand vous commencez à investir dans votre simulateur, mais pas quand vous finirez de le faire.

Paul

Paul travaille comme ingénieur réseau informatique en Californie, où il vit avec sa femme et ses deux enfants. Il avait toujours aimé les voitures et regardé les courses de temps en temps, et il y a cinq ans il lui est venu à l’esprit de se soigner.

« J’ai acheté une manette Xbox pour mon PC pour jouer à Grid Autosport, mais j’avais l’impression que ça manquait de réalisme », nous raconte-t-il. J’ai acheté un Logitech G920 et j’ai commencé à entrer dans le monde des simulateurs de course ».

Le premier jeu de ce segment qu’il a expérimenté était Assetto Corsa, mais il s’est rendu compte que il n’était pas satisfait de sa « configuration » —ce ne serait pas la première fois— et a fini par acheter une base de volant Fanatec CSL Elite avec pédales, ainsi que par investir dans une selle et un châssis bon marché en acier.

Au fil du temps, cela ne semblait pas suffisant non plus : il a de nouveau fait une mise à jour pour s’acheter un châssis avec des profilés en aluminium (le GT1-EVO de SIM-LAB, société spécialisée dans ces produits) mais encore une fois, je n’étais pas content. « J’ai réalisé que je voulais un meilleur empattement et de meilleures pédales et je suis passé au VRS DirectForce Pro. »

Paul2

C’est ce que voit Paul Nguyen face à une course dans son sim racing.

Cet utilisateur a déjà investi 10 000 $ dans sa course de simulation – son message le montrant sur Reddit a été un succès complet – mais comme il l’explique, « Je ne suis qu’à mi-chemin en ce qui concerne les améliorations que je souhaite y apporter. C’est un passe-temps très addictif et il y a toujours quelque chose que vous pouvez améliorer. J’ai une longue liste de mises à jour, et la suivante concerne les retours tactiles, pour lesquels je dépenserai environ 2 000 $. »

Il y a quelque chose de remarquable que Paul nous a dit : « Le matériel ne vous fait pas aller plus vite : il ne fait qu’aider à la sensation d’immersion. Je n’ai pas acheté tous ces composants en pensant qu’ils me rendraient plus rapide, et en fait J’ai été battu plusieurs fois par des gens jouant du G920. Le matériel est plus pour l’immersion, la sensation et l’expérience globale. »

Joseph A Segura

Jose Antonio (@Hybrix) est originaire de Tarragone, mais vit à Barcelone. Il est actuellement responsable informatique d’une entreprise qui fournit des services au secteur public et privé de la santé, et pour lui tout a commencé dans un confinement strict de la pandémie.

Cet utilisateur était déjà joueur de certains titres PC, mais le bug du jeu de course le rongeait depuis un certain temps : « J’ai commencé à passer des heures à jouer à F1 2020. Depuis que je suis petit, j’aime la F1 et les jeux de conduite ont toujours fait partie de mon répertoire. J’ai aussi eu une très bonne période à jouer à Counter Strike, vers l’an 2000 et j’ai aussi joué pas mal de League of Legends des années plus tard ».

Rejouer à la F1 en confinement m’a décidé à investir un peu plus dans l’expérience. « Après avoir acheté la base du volant que j’ai encore aujourd’hui et même avoir commencé à participer à un championnat de F1 2020, à Noël de cette année-là J’ai décidé d’essayer iRacing« .

Tout a changé là-bas : « Quand tu vas sur ce type de simulateur, tu te rends compte que les jeux officiels de F1, bien qu’ils aient un bon point de simulation, aussi ils ont un peu une sensation d’arcade pour les rapprocher du grand public.

Capture d'écran 2022 05 26 Au 10 26 35

Le cockpit de Jose Antonio est également spectaculaire, et il est très préparé pour ses diffusions sur Twitch.

Au fil du temps, il a acquis quelques composants supplémentaires, et il avoue qu’actuellement « J’ai investi environ 2 900 euros dans mon simulateur. Base et jante de volant, pédalier, cockpit (structure profilée en aluminium où tout est fixé), siège de course, plus 4 écrans (3 horizontalement pour le simulateur et un quatrième au-dessus pour avoir les informations en direct sur Twitch —il diffuse dans la chaîne Hybrix14— , navigateur Web, etc. ».

Conseils pour ceux qui débutent en sim racing

Beaucoup d’amateurs de ce type de simulateur suivent un parcours assez similaire avec une courbe de dépense ascendante dans laquelle on part d’un volant et d’un pédalier assez basiques, sans cockpit ni gros investissements, puis on s’améliore. Pour Paul c’est une erreur si vous pensez vraiment que ce monde vous intéresse.

Capture d'écran 2022 05 25 À 13 20 27

Les plates-formes de profil en aluminium, également appelées plates-formes 8020, sont l’un des éléments importants d’un kit simracing. Ce modèle, le F-GT Elite de Digital Motorsports, coûte 1 100 euros.

« Si vous voulez vraiment vous lancer dans les courses de sim, Je vous conseille d’acheter une fois et de pleurer une foiscela vous fera économiser beaucoup d’argent à long terme », commente-t-il. Pour lui, il vaut mieux faire un investissement conséquent dès le début, même si cela peut coûter cher, pour éviter de tomber dans celui du « pas cher c’est cher ».

A votre avis, si la pièce le permet, mieux vaut opter pour un système avec des profilés en aluminium (également connus sous le nom de systèmes ou plates-formes 8020), qui sont hautement ajustables : « ils sont comme des Legos pour adultes ».

Pour les autres composants, explique cet expert, « je dirais que la base du volant et les pédales sont la deuxième partie la plus importante car elles vous donnent cette sensation de ce qui se passe dans la voiture : ne lésinerait pas sur la base du volantet j’opterais pour un modèle Direct Drive, même sur des modèles un peu plus abordables comme le Simagic Alpha ou le Fanatec CSL DD. »

Écrans Joseph

Il s’agit, après tout, d’un PC entouré de nombreux périphériques. Le PC ne doit pas être extrêmement puissant, même si cela aide certainement qu’il dispose d’un bon processeur et de bons graphismes pour pouvoir vivre une expérience dans laquelle la section visuelle est la meilleure possible. Image : José A. Segura.

Ici, il prévient : Fanatec est une bonne option si vous ne vous en souciez pas s’enfermer petit à petit dans son écosystème: pour lui, explique-t-il, « c’était très contraignant car j’aime ‘déconner’ ».

Il y a un autre élément qui pour lui est important dans ces gréements : « les systèmes de vibration (bass shakers) pour que l’équipe émuler le régime moteur, la perte de traction, ABS, patinage des roues, bruit de la route, etc. Le retour tactile donne vraiment vie à votre équipement. »

A tout cela s’ajoute un curieux périphérique pour beaucoup : « avoir une imprimante 3D Cela peut également vous aider à économiser de l’argent car vous pouvez concevoir et fabriquer vos propres pièces ; Grâce au sim racing, j’ai acquis des compétences pour dessiner des pièces en CAO et les imprimer pour les utiliser dans l’équipe. »

Capture d'écran 2022 05 25 Au 13 17 01

Le Logitech G920 est une option très courante pour ceux qui veulent débuter dans ce segment. Si vous devenez vraiment accro, devoir mettre le volant ou le levier de vitesses sur et hors de la table vous semblera bientôt pénible et vous voudrez un cockpit.

Jose Antonio indique que « pour débuter dans le simracing, évidemment la première chose qu’il faut acheter c’est un volant. Pour commencer, les Logitech sont bonnes en terme de qualité/prix, bien qu’il y ait aussi des Thrustmaster qui sont bons. Cependant, Fanatec avec son CSL DD et son prix a révolutionné le marché Avec ce volant d’inertie Direct Drive qui a son propre moteur, il n’y a pas de courroies, de poulies ou d’engrenages. »

Il diffère ici de l’avis de Paul, et estime que c’est une bonne idée d’y aller petit à petit et de voir si on a vraiment envie de s’investir sérieusement et sur le long terme dans ce loisir : « l’important au début, c’est que tu ne pour savoir si le simracing est une tendance passagère, n’est pas de devenir fou en investissant de l’argent« .

Bien sûr, explique-t-il, « après une bonne saison à jouer avec le volant ancré au bureau, dans ce qui est habituel de devoir monter et démonter la base à chaque fois, la prochaine étape est d’obtenir un cockpit. Un cockpit vous apporte de la stabilité, de l’immersion et surtout, une position de conduite identique à chaque fois, quelque chose de très important à améliorer dans le monde ».

Et la réalité virtuelle, quoi ?

L’une des options les plus prometteuses dans le monde des simulateurs de course est celle de réalité virtuellequi est proposé comme une alternative encore plus immersive aux systèmes multi-moniteurs habituellement utilisés dans certains de ces systèmes.

Simracing VR

Pour Paul, les choses ne sont pas encore tout à fait au point dans ce monde, d’autant plus que les lunettes parfaites n’existent pas encore : « Je crois totalement que la réalité virtuelle est idéale pour les courses de sim. Ça va de mieux en mieux et je pense qu’à l’avenir, il y aura un masque qui répondra à mes exigences. »

De plus, ajoute-t-il, «au niveau immersion il n’y a rien qui puisse battre à la réalité virtuelle. C’est une sensation incroyable et si vous y ajoutez un retour tactile, tout s’améliore », mais croyez-moi…





Source link